Le nom des points en médecine traditionnelle chinoise : un savoir indispensable pour le praticien pour piquer « connecté »!

Comment les noms des points ont-ils été choisis?

Il y a 4000 ans les chinois ont beaucoup disséqué afin de comprendre le corps humain. L’objectif entretenir le corps (médecine préventive) et le soigner ‘médecine curative). L’observation de chaque os, chaque trou osseux, muscles, fascias mais aussi organes des sens, organes vitaux a permis de donner un nom à chaque point (il y a autant de points que de jours dans l’année). Ces noms, emplis de sens, furent choisis en fonction de leur localisation mais aussi de leur action sur le corps.

Quelques exemples de noms de points

Le 20ème et dernier point du méridien du gros intestin se situe sur le visage. Il est quasi collé à l’aile du nez. Il se nomme « Ying Xiang », sa traduction française est « reçoit les parfums » , quel joli nom, il y a tant d’évocations… :-). Le nom de ce point est une indication fondamentale pour le thérapeute car il fait référence à la localisation proche de l’orifice du nez mais aussi à son action désobstruante pour une meilleure olfaction.
Un autre exemple (avec un point que j’affectionne particulièrement) « Zhu Bin ». C’est le point du beau bébé :-), le 9ème du Méridien Yin du Rein. Sa traduction française est « construction pour l’invité » ! On imagine bien l’intention et le cœur attendri et aimant du thérapeute au moment où il pique ou masse Zhu Bin…

L’intention devient l’essentiel

Dans cette poésie, le nom de chaque point est une véritable évocation. Le thérapeute doit maîtriser le nom chinois de chaque point et a minima le vocabulaire chinois (je vous renvoie vers le site de Yamei Lu parler-le-chinois.com ). Au moment où il pique, où il masse, où il chauffe, où il disperse, où il nourrit, l’intention de soin du thérapeute est capitale. La clarté de son Esprit et de son intention primordiale. La concentration du thérapeute doit être au plus haut niveau, la même attention que s’il était les 2 pieds au bord d’un gouffre ou face à un loup… L’énergie, l’attention et l’intention transmise à la main par le cerveau sera le gage du résultat.

Quelques exemples de classification des points par nom (cette liste n’est pas exhaustive) :

les points « porte » :

Porte se dit « Men » en chinois, il y a 20 points « Men » en médecine traditionnelle chinoise.
Prenons « Yun Men », la porte des nuages, c’est le 2ème point du méridien du Poumon. Le Poumon est l’ organe qui conduit le Qi du ciel à l’interieur du corps, il est celui qui respire. Le Poumon nécessite une belle énergie pour assurer ses fonctions… Yun veut dire nuage. Ce nuage s’il fait trop chaud sortira par la porte et la sécheresse arrivera dans le corps (syndrome Yang) s’il pleut et fait trop froid l’humidité pénétrera dans le corps par la porte et le rendra douloureux (syndrome Yin). Le thérapeute pourra alors compter sur Yun Men pour l’aider dans son soin.


les points « mer » :

Mer se dit « Hai » en chinois.. Il existe 6 points mer. Hai c’est la mer avec tout ce qu’elle évoque, sa grandeur voir son immensité, son abondance et sa fraicheur.
Qi Hai est un point mer! C’est le 6ème point d’un merveilleux méridien, le Ren Mai. Ce point rassemble comme l’indique son nom le QI. Le thérapeute pourra faire appel à ce point pour un patient fatigué (qui manque de QI) après un diagnostic précis (je vous renvoie à mon article sur les Ba Gang https://invulnérablesetheureuxparlamedecinechinoise.com/les-ba-gang-8-regles-pour-etablir-un-diagnostic-en-medecine-traditionnelle-chinoise/


les points « lumineux » :

Se dit « Tai » en chinois. Il existe 5 points Tai et « Tai Bai » en fait partie. C’est le 3ème point du méridien de la Rate. Tai évoque le lumineux, le grandiose et la pureté. « Bai » c’est la blancheur qui correspond en médecine traditionnelle chinoise au mouvement métal (le poumon). Mais Bai c’est aussi la localisation de ce point là où commence la chair blanche (à la jonction chair rouge/chair blanche sur le côté du gros doigt de pied). Le thérapeute peut compter sur ce point pour nourrir la pureté et la blancheur éclatante du poumon, organe supérieur fragile car le plus proche de la sortie.

nota bene : Le poumon peut être comparé à une montagne blanche, pure et humide. La cigarette, en MTC, apporte au poumon exactement l’inverse de son image à savoir la noirceur du goudron, l’impureté et la sécheresse 🙁

Logo « Danse des harmonies » – H. Delporte avec l’autorisation de l’artiste. Droits de reproduction : la Société des Auteurs des Arts Visuels et de l’Image Fixe



Si vous avez aimé cet article vous êtes libre de le partager ;-)
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

2 réponses sur “Le nom des points en médecine traditionnelle chinoise : un savoir indispensable pour le praticien pour piquer « connecté »!”

Laisser un commentaire